Publié : 7 novembre

1- Message parents : SONDAGE HARCELEMENT EDUCATION NATIONALE

Madame, Monsieur,

Le harcèlement est un phénomène qui nous concerne tous et qui peut toucher chacun des élèves.

Il passe souvent inaperçu, car il est fréquemment constitué de faits qui, pris isolément, peuvent parfois, pour certains, sembler sans gravité : des bousculades, des coups, des moqueries et mises à l’écart, des surnoms ou insultes, des dégradations ou vols, des propagations de rumeurs, photos, menaces, directes ou via les réseaux sociaux... Pourtant, cumulés, répétés, parfois chaque jour, ces faits, souvent commis en groupe, peuvent avoir des conséquences très graves pour les élèves qui en sont victimes.

Depuis des années, beaucoup a été fait pour lutter contre ce fléau. Mais beaucoup encore reste à faire, notamment en raison du développement du harcèlement sur les réseaux sociaux. Il faut donc un double électrochoc. D’une part, dans l’écoute des élèves lorsqu’ils demandent notre protection. D’autre part, dans le traitement des cas de harcèlement.

C’est pourquoi, dès sa prise de fonction, le Ministre a décidé de faire du harcèlement entre élèves une priorité absolue. Le plan interministériel sur le harcèlement, le 27 septembre 2023, constitue une nouvelle étape structurée autour de trois axes : prévention, détection et réaction.

D’ores et déjà, ce plan a trouvé un débouché dans la loi visant à sécuriser et réguler l’espace numérique afin que le cyber-harcèlement entre élèves soit mieux pris en charge par la Justice, avec une interdiction de l’usage des réseaux sociaux pour celui qui le commet.

A l’école, il faut avant tout en parler. En effet, l’institution scolaire doit aux familles d’être à l’écoute, de prendre soin de leurs enfants, de prévenir le harcèlement, dès ses premiers signes, et d’y répondre efficacement s’il survient. Cette évolution implique une action systémique et, en particulier, un dialogue renouvelé avec les familles.

Pour mettre fin à la spirale du harcèlement et associer pleinement les familles à notre objectif, le Ministre leur adressera prochainement une lettre afin de les engager dans un dialogue plus constructif et plus serein avec les acteurs de l’école.

Parallèlement, à partir du 9 novembre 2023, journée nationale de lutte contre le harcèlement, et jusqu’au 15 novembre, le Ministre a demandé que soit proposé à chaque élève, du CE2 à la Terminale, de répondre anonymement à un questionnaire élaboré avec le concours des scientifiques reconnus comme Marcel Rufo, Eric Debarbieux et Nicole Catheline.

Tous les élèves du collège se verront donc proposer de remplir ce questionnaire anonyme visant à évaluer s’ils sont susceptibles d’être victimes de harcèlement scolaire au cours d’un temps scolaire spécifique.

Ce temps banalisé, sera l’occasion de mettre l’accent sur la prévention et la détection des situations de harcèlement, première condition de protection des élèves victimes.

Cette enquête nous permettra d’engager une mobilisation collective de la communauté éducative dans la lutte contre le harcèlement. Elle nous permettra aussi d’évaluer l’ampleur du harcèlement au collège Montjoie.

Enfin, à travers la restitution aux familles, nous réaffirmerons notre volonté de protéger les enfants, tout en appelant chacun à prendre une part active à cette protection.

Cette mobilisation doit autant concerner les parents d’enfants victimes que témoins ou auteurs de harcèlement.

C’est notre priorité avec vous.